Des entretiens d’évaluation dégradés

Les résultats des entretiens d’évaluation sont alarmants de par la contrainte budgé­taire décidée par la Direction d’un budget minimaliste d’augmentation de salaire. Les managers de notre entreprise avaient la consigne de ne pas saupoudrer les évalua­tions de leurs collaborateurs.  Cette mé­thode a entraîné une inflation des évalua­tions dégradées d’une année sur l’autre. Ainsi des salariés qui ont bien travaillé du­rant l’exercice 2018 ont été sous-évalués avec appréciation de la performance glo­bale inférieure aux attentes, d’autres supé­rieurs aux attentes sont devenus conformes ou inférieurs sans aucune justification afin de répondre à la contrainte budgétaire im­posée par notre Direction : répartir au ni­veau d’une direction 100% d’un budget fixe en donnant 0% d’augmentation de salaire et moins en Rémunératian variable indivi­duelle. C’est ce qu’on appelle le dogmatisme !

C’est désormais comme ça qu’on valorise ou plutôt qu’on dévalorise les compé­tences des salariés de CAAS ! Assurances 2020 grâce à la méthode SMART voulait réduire l’arbitraire. Or il n’y a jamais eu autant d’arbitraire dans nos entreprises… C’était peut-être l’effet recherché ?

Qu’en pensez vous ? C’est ce qu’on appelle sûrement « l’efficacité » ou « l’agilité » voulue par « Assurances 2020 ». On se demande à quoi sert la méthode « SMART » prônée par notre Direction quand les objec­tifs fixés sont non mesurables et totalement globaux ou que ces objectifs ne correspondent pas à la réalité des missions des sala­riés. Ces méthodes ont mis en difficulté des managers dans cet exercice 2018/2019, surtout ceux qui ont récupéré des nouveaux péri­mètres en février 2018 et qui ont dû fixer des objectifs à leurs collaborateurs en mars 2018 sans avoir le recul nécessaire sur les périmètres récupérés et les missions de ces salaries. On leur demande ensuite d’éva­luer des objectifs globaux à l’échelle d’un individu alors que les fiches fonctions n’ont toujours pas été réalisées un an après la mise un place effective de cette réorgani­sation. En résumé des évaluations- faites à l’aveugle avec des augmentations de sa­laire à la tête du client donc arbitraires . CQFD !

 

 

 

 

 

Assurances 2020 nous y sommes et n’avons le choix que de nous adapter ou partir

 

Les organisations présentées aux instances représentatives du personnel fin d’année 2017 sont déjà en train de changer.  Cer­taines étaient mal calibrées comme nous l’avions clairement identifié dans nos ren­dus d’avis sur le projet.

Des périmètres d’activités encore en discussion, des procédures, des process en cous d’écriture, des tâches non effectuées créent des surcharges de travail dans toutes les directions/BU/SU.

Des salariés contraints de travailler des samedis, des dimanches (sans déclaration d’astreinte ou de travail exceptionnel) sans être payés pour faire face à une charge de travail qu’ils n’arrivent pas à absorber en semaine… c’est bien ça Assurances 202o. Tout ça dans un contexte de « grands changements » qui désorganisent tout sur leur route au pas de Course; Transfert des salariés de CAA, CACI, CAA¬OS et Predica le  1er avril 2017, forte Individualisation des augmentations depuis le ler janvier 2018 (45% des effectifs non augmentés), mise en place de la nouvelle organisation au 5 février 2018, déménagements transitoires, de Net Flex et de Net techno à partir de mars 2019 ! Nous subissons le non -remplacement des départs quasi systématique ou sur justification, ainsi que le gel des recrutements. Ces changements sont réalisés dans un temps record sans prendre en compte les avis des CHSCT sur les conséquences et conditions de travail.

La responsabilite de l’entreprise est donc forte­ment engagée

Au cas où notre Directeur Général ne s’en rendrait pas compte, certains/certaines d’entre nous ont déjà préféré prendre le large. Au 31 décembre 2018 ce n’est pas moins de 138 départs de l’entreprise (démissions, ruptures conventionnelles, licenciements et mobilités), dont une soixantaine de démissions et de licencie­ments !! Nos sachants partent et donc une partie des compétences et savoirs avec eux !

Quoi qu’il en soit, nous devrons assumer cette forte charge de travail induite par ces changements importants et leurs consé­quences sui notre vie privée et notre santé !

L’équipe InterSyndicaas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *