Négociations Annuelles Obligatoires et Primes Macron unilatérales

Crédit Agricole Assurances se porte très bien, le groupe CASA continue d’afficher des résultats exceptionnels, les plus élevés depuis l’introduction en bourse en 2001 soit à fin décembre soit un montant de 4,40 Milliards €, dont 1,29 milliard pour CAA avec une inflation qui repart à la hausse pour atteindre 2.1% en 2018.

Dans ce contexte les revendications de l’InterSyndiCAAS étaient totalement légi­times et réalistes :

  • Augmentation collective de 1%
  • Augmentations individuelles au niveau de l’inflation soit plus de 2.1%
  • Prime de 800€ à l’ensemble des sa­lariés,
  • Enveloppe indépendante pour les promotions avec un minimum de 4% pour les salariés promus,
  • Augmentation collective dans le cadre d’un mécanisme similaire à l’accord triennal CACI pour les non-cadres,
  • Attention particulière aux salariés non augmentés depuis 3 ans.

Mais la Direction continue d’appliquer une politique salariale d’austérité qui favorise l’individualisme, à laquelle nous ne pou­vons adhérer. Selon la direction, « il n’y a pas de corrélation, entre les bons résultats de l’entreprise et le travail des salariés ».

Voilà qui permet de se rendre compte de la reconnaissance de l’implication quoti­dienne des salariés depuis la création de CAAS !

1.6% de la masse salariale dont 1,4% (comme en 2o18) pour les augmentations individuelles (y-compris les promotions avec une préconisation de 4% minimum), et 0.2% pour la réévaluation des salaires des jeunes diplômés BAC +5, et l’égalité Hommes/Femmes.

Un budget que nous jugeons dérisoire dans la conjoncture actuelle !!

Vous aurez quelques miettes de plus avec la prime Macron, la direction les avait gar­dées dans sa manche :

  • 1000€ pour les salaires jusqu’à 27000€
  • 750€pour les salaires de 27001 à 3000€
  • 500€ pour les salaires de 30001 à 45000€ 

Alors que plusieurs Caisses Régionales ou entités concurrentes verseront 1000€ à tous sans distinction. A l’InterSyndiCAAS, nous avions demandé une primede plus de 1000€ pour les plus bas salaires, Refusé!

Des mesures totalement en déclalageavec la realité du terrain que nous vivons

La Direction s’est enfermée dans un discours concernent le coût du socle social de CAAS, son besoin de maintenir un niveau de compétitivité et sa volonté d’individua­liser les augmentations pour dévaloriser 50% de l’effectif.

Une entreprise qui a le sens du partage des efforts et des résultats

 

 

 

 

 

La récompense de la performante par des augmentation de salaires c’est tous les 3 ans, n’est ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *